Tombolo de Sainte Marie en Martinique

Comment voyager écoresponsable en Martinique ? 

Les plages bondées du Sud de la Martinique en période touristique. La demande en eau qui explose et les déchets qui s’entassent de décembre à mai. Le harcèlement des dauphins lors des balades en mer, par méconnaissance des bonnes pratiques. La surfréquentation de la baignoire de Joséphine avec ses centaines de visiteurs attirés par les fonds blancs et le baptême du rhum. Les souvenirs achetés à la hâte, aux couleurs de la Martinique mais Made in China. L’entrecôte au restaurant dont la viande n’a même pas été produite sur l’île. 

On ne vous blâme pas, il est très facile de tomber dans les travers du tourisme traditionnel de masse lors d’un séjour à la Martinique. Pourtant, notre petit territoire mériterait d’être protégé et valorisé pour ses spécificités, dans une vraie démarche écotouristique.

Vous souhaitez voyager de façon écoresponsable en Martinique ? Suivez le guide !

Avant de partir en Martinique

1. Prenez le temps de vous informer

Ce conseil peut paraître banal (Qui ne lit pas les guides de voyage avant de partir !) mais l’idée est plus profonde qu’elle n’en a l’air 😉 En effet, l’éco-responsabilité étant un sujet encore minoritaire en Martinique, comme partout d’ailleurs, visiter l’île de façon responsable demande de l’anticipation et de la préparation. Si vous voulez faire du jet-ski ou du quad, ça ne devrait pas être trop difficile à trouver. Mais si vous souhaitez expérimenter le slow tourisme à la sauce martiniquaise, il faudra fureter un peu pour vous concocter un programme de vacances écolo. 

D’ailleurs, si on vous demande quelles sont selon vous les pratiques touristiques néfastes pour l’environnement en Martinique, peut-être mentionnerez-vous la crème solaire qui détruit les coraux.  

Mais saviez-vous que les oursins, les lambis et les langoustes servis dans les restaurants touristiques sont victimes de surpêche et qu’ils ne peuvent être pêchés, donc proposés au restaurant toute l’année ? Saviez-vous que les superbes villas de vacances construites sur le littoral accélèrent son érosion ? Que la collectivité du Sud de l’île peine à gérer les déchets en période touristique ? Ou que les ancres des catamarans arrachent les herbiers lorsque les bouées de mouillage ne sont pas utilisées ?

Il est nécessaire de se renseigner à l’avance sur les bonnes pratiques à adopter sur place (nous vous en disons plus dans le paragraphe suivant), sur les initiatives locales écoresponsables auxquelles vous pourriez participer, ainsi que sur les excursions labellisées ou engagées dans une démarche durable.

Une fois que vous aurez fait ce petit travail de recherche, à vous les cascades de rêve, les sentiers sous-marins, les belles journées de navigation à la voile, les randonnées avec des vues imprenables, les balades à cheval et le snorkeling à la rencontre des tortues.

2. Optez pour des prestataires responsables

Pour commencer, préférez un guide de voyage engagé pour planifier vos vacances martiniquaises. Le GeoGuide, le guide vert de Michelin ou les guides Tao sont autant de guides de voyage qui vous permettront de découvrir l’île de façon plus écologique et authentique. 

Lors du choix de l’hébergement, privilégiez les loueurs engagés, les petits bungalows et les chambres d’hôtes respectueux.ses de l’environnement. Côté hôtels, Le Bambou*** aux Trois-Îlets est une référence en matière de démarche environnementale, notamment récompensé par les labels Clef Verte et . 

Pour ce qui est des excursions, identifiez les prestataires aux pratiques éthiques et faites le plein de balades en nature. Entre autres activités responsables, vous pourriez également prendre un cours de cuisine créole, de danse bèlè, de poterie ou de vannerie, et ainsi partager des moments avec les habitants. 

Dans tous les cas, passez directement par l’entreprise visée plutôt que par un intermédiaire, afin de pouvoir échanger sur ses pratiques en amont, tout en garantissant un tarif juste au prestataire, sans commission. 

Deux petits conseils supplémentaires : 

  • Évitez de réserver une croisière dans la Caraïbe. Le bilan carbone des paquebots et leur impact sur le milieu naturel est tout simplement désastreux, sans parler de l’aspect social en matière de traitement des employés. 
  • Pourquoi ne pas partir plus longtemps afin de compenser le C02 émis par votre voyage en avion ?  
3. Pensez éco-responsable en préparant votre valise

Ce sont de petites choses toutes bêtes mais qui auront finalement un impact non-négligeable lors de votre voyage : 

  • Emmener votre gourde, pour éviter d’acheter des bouteilles d’eau en plastique. Pas d’inquiétude, l’eau du robinet est potable en Martinique 😉 Vous pourrez éventuellement la filtrer en ajoutant un bâton de charbon dans votre gourde. 
  • Choisir une crème solaire écolo, c’est-à-dire contenant des filtres minéraux (oxyde de zinc, dioxyde de titane), sans nano-particules et aux ingrédients biodégradables. Les coraux vous remercieront ! 
  • Si vous en avez, prendre un lycra, t-shirt anti-UV, qui reste tout de même la meilleure façon de se protéger du soleil.  
  • Apporter des tote bags en tissu pour faire vos courses, aller au marché, et ramener des souvenirs. Ça ne prend pas de place et cela vous évitera d’acheter un cabas de course sur place ou d’accepter les sachets plastique.                                                                          

Pendant votre séjour en Martinique, adoptez les bons gestes

1. Limitez les déchets

Ramassez vos déchets et triez-les, afin de les déposer dans les poubelles adaptées, lors de votre départ. Hé oui, même en vacances le tri est nécessaire 😉    

2. Économisez les ressources

Pensez aux habitants et limitez l’usage de l’eau. L’eau est en effet une ressource amenée à se raréfier, d’autant plus sur une île sujette aux épisodes de sécheresse et qui subit des problèmes d’acheminement de l’eau du fait d’un réseau imparfait.   

Pour limiter votre impact carbone, pensez également à éteindre la climatisation lorsque vous partez en vadrouille et limitez son usage à une température minimum de 24°C. 

3. Consommez local

Que ce soit pour l’alimentation, les activités, les souvenirs : essayez toujours de choisir des produits issus de la production locale, des objets fabriqués artisanalement et des activités authentiques. 

Les dachines, le corossol, les mangots, les pois d’angole, le carambole, les caïmites… La Martinique regorge de fruits et légumes que vous n’avez peut-être jamais goûtés, profitez-en ! Il faut cependant savoir que certains produits tels que les oursins sont soumis à une saisonnalité et font l’objet d’une pêche réglementée. Ne vous laissez pas tenter si on vous en propose à l’achat hors saison. Tout comme les gorgones, ces coraux souples qui sont parfois utilisés en déco ou en bijoux, mais qui n’ont leur place que dans la mer !

Il faut savoir que pas moins de 16 espèces de coraux sont protégées en Martinique (la liste complète est ici), c’est donc loin d’être anecdotique. 

3. Respectez les écosystèmes

La trace des caps sur le littoral sud Atlantique, la trace des caps dans la forêt tropicale, l’ascension de la montagne Pelée ou du Morne Larcher, sont autant de randonnées à tenter, toujours à condition d’être bien équipés. 

Dans un souci de respect des écosystèmes, restez toutefois sur les sentiers balisés (l’île propose plus de 280 km de randonnées balisées) afin de préserver le milieu naturel. Vous limiterez aussi le risque d’accident, ce qui est quand même mieux pour profiter à fond de ses vacances. Un panneau informatif à chaque départ de randonnée vous indiquera les comportements autorisés et ceux à proscrire. Cela peut aller de camper à faire un feu, ou d’écouter de la musique avec des hauts parleurs. 

Qui dit respecter les écosystèmes signifie également ne rien prélever et ne pas interagir avec la faune. Les mygales et leurs piqûres douloureuses, les serpents trigonocéphales venimeux et les iguanes à la queue tranchante, pourraient malheureusement vous le faire regretter. Ne les nourrissez pas non plus, ils savent très bien se débrouiller et connaissent leur alimentation.

Attention également aux fruits, tels que ceux du mancenillier notamment; si vous ne connaissez pas, ne goûtez pas, c’est bien plus prudent.        

En bateau ou dans la mer, on le rappelle, on touche juste avec les yeux, qu’il s’agisse des coraux, des herbiers, des étoiles de mer ou des tortues, qui sont notamment une espèce protégée en Martinique. Vous ne leur transmettrez ainsi pas de maladie. Pour protéger ces deux écosystèmes marins de la Martinique , en excursion en bateau, jetez l’ancre sur les milieux sableux mais jamais ô grand jamais dans les herbiers ou les récifs coralliens, afin de ne pas les arracher.                                                                                 

À votre retour de Martinique

Toute bonne chose a malheureusement une fin et ses vacances écoresponsables en Martinique vous laisseront sans doute de beaux souvenirs. 

A votre retour chez vous, n’hésitez pas à partager vos conseils et bons plans sur internet, pour faire du tourisme vert en Martinique une expérience à part entière, et ainsi faciliter la préparation du voyage aux prochains vacanciers éco-conscients. 

Le bouche-à-oreille, les conseils à vos proches : c’est ainsi que le tourisme responsable se développera davantage en Martinique.

Les prestataires et les paysages sont là. Il ne reste plus qu’à valoriser la destination pour encourager un développement touristique plus raisonné, pour les vacanciers, pour les habitants et pour la Martinique. 

Article rédigé par : Axelle DORVILLE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.